À propos

Baptisé par convention plus que par conviction à l’âge d’un an, j’ai connu enfant une foi simple mais peu nourrie, intellectuellement et culturellement précaire, sans enseignement ni participation à la liturgie. Adolescent j’ai frôlé la foi, et si je me suis lié à la poésie, j’ai méconnu toutefois la beauté du catholicisme. Adulte, j’ai brûlé la foi, me suis composé une religion au gré de mes découvertes et de mes convenances. Continuant longtemps de creuser ce petit sillon de spiritualité orgueilleuse, je me suis voué aux dieux antiques, créatures que je savais falotes mais qui comblaient vaguement le manque en moi du seul Seigneur — rejeté ouvertement, absolument incompris, recouvert de mille préjugés issus de mon ignorance et des sarcasmes d’une société qui le vilipende.

Et, quarante ans après mon baptême, la grâce que je refusais, voici que mon cœur l’accueille, que ma raison la savoure, que mon corps fléchit et tombe à genoux devant elle ! Je chemine désormais avec ma femme, qui m’a précédé dans la foi et guidé sur cette voie.

Publicités