Et habitavit in nobis

Sacré Cœur

L’épée au clair, nuit cuirassée, l’armée nombreuse
avance contre nous dans l’épaisseur de l’air
On respire à grand peine et nos yeux s’obscurcissent
Des confins jusqu’ici l’hostile nous entoure
sa lance nous désigne et les arcs sont tendus

Dans la tente dressée de ton souffle vivant
nous trouvons refuge       et le plain-chant du silence
louange ta Présence       étendu sur l’autel
ton Corps immobile et plus réel que le monde

Voici l’Homme et nos yeux ne peuvent tout entier
le saisir       c’est Dieu et nous voyons ses détails :
pousses de jeune barbe à l’entour de sa bouche
narine d’où paraît en roulant une perle
et la perle est de Sang et abrite lumière
Toute la vie et tout l’amour en cette goutte

La paix est avec nous rien ne peut nous blesser
mais la pensée inquiète évoque ce qui rôde

L’épée au clair, nuit cuirassée, l’armée nombreuse
avance contre nous dans l’épaisseur de l’air
On respire à grand peine et nos yeux s’obscurcissent
Des confins jusqu’ici l’hostile nous entoure
sa lance nous désigne et les arcs se détendent

Et l’amour et le mal nous veut libre veut mort
nous attend nous assaille et le cœur nous défaille
nous ne savons croire en l’amour plus qu’en la peur

A mon faible croire ô Seigneur donne la Croix

Publicités

2 commentaires sur « Et habitavit in nobis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s