Eucharistie

Léger soleil entre les doigts
Ton corps Seigneur nous illumine
En nous s’ouvre discret le ciel
Ton corps entier veut notre faim
Frêle miroir pour nos yeux clos
Ton corps se recueille en Son nom
Et ce n’est qu’un peu de pain
Ton corps tremble comme une absence
Nos lèvres goûtent ton silence

Pour que tu fondes ton amour
En nous qui nous offrons à Toi
Seigneur si visiblement pauvre
Etreins-nous d’invisible étreinte
Et qu’à notre âme te fiances

Joseph W. Spoor. The Sun (1)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s